5 min.

Coronavirus - Covid 19, Gestion

Associations : recommandations de sortie de crise covid-19

Date de publication : 01/07/2021

#Uncategorized

Philippe Guay

La sortie de la période de crise sanitaire correspond, pour les associations et les organismes à but non lucratif, à la reprise des activités du premier semestre de l’année 2021.
Mais avant de se pencher sur la situation de ce début d’année, observons dans quelles circonstances et conditions les comptes des associations ont été clôturés en cette fin d’année dernière.
Plutôt bien dans la majorité des cas !

Sortie de crise : état des lieux

Hormis certains secteurs, comme le spectacle, la culture ou l’évènementiel, où les ressources dépendent directement de l’accueil et de la fréquentation du public, un grand nombre d’associations a bénéficié de conditions exceptionnelles de soutiens financiers de l’Etat alors qu’elles avaient perçu les cotisations de leurs adhérents en début d’année 2020. De plus, on a constaté, dans le secteur associatif comme dans le secteur marchand, que la première période de confinement avait engendré des économies significatives de frais généraux, de consommations de charges et modifié fondamentalement certaines habitudes de travail.

Il en a résulté des changements qui emportent des conséquences réductrices sur les budgets de charges.

Les associations employeurs non subventionnées ont pu bénéficier de la prise en charge d’une part significative de leurs coûts salariaux ce qui leur a permis d’amortir le choc de l’inactivité liée aux périodes de confinement.

Le contexte économique de reprise alors que nous sommes à la fin du premier semestre de l’année 2021, est tout autre en termes d’équilibre budgétaire.

Bon nombre d’activités associatives courantes (sportives, sociales et socio-culturelles, par exemple) ont été désertées et la désaffections des adhérents se fait largement sentir depuis le début de l’année. Il en résulte une situation financière où plusieurs associations sont obligées de puiser de manière significative dans leurs réserves de trésorerie.

Alors, regardons de près comment tout cela se traduit dans la comptabilité sans présenter des résultats en « yo-yo » qui ne seraient pas vraiment représentatifs de la réalité.

À lire :
Conseils pour assurer la pérennité de son association

Le cas des activités bénéficiant de financements publics

Nous n’aborderons pas, ici, le cas des activités réglementées, entièrement financées par des fonds publics sous forme de tarification, prix de journée, allocations budgétaires. Les organismes gestionnaires n’ont pratiquement pas connu de rupture dans leur fonctionnement ni leurs financements.

En ce qui concerne les associations qui réalisent des programmes d’actions financés partiellement ou en totalité par des pouvoirs publics (ministères, collectivités publiques, autorités administratives), la situation est plus délicate. Tout d’abord, on se souvient qu’une circulaire du Premier ministre (du 6 mai 2020) permet aux financeurs publics d’engager un dialogue financier avec les associations auxquelles ils versent des subventions. Selon la situation dans laquelle se trouvait l’association au 31 décembre 2020 par rapport aux engagements pris dans la convention de financement, les reports, transferts ou reversements devaient être comptabilisés soit :

  • en « fonds dédiés » lorsque le programme d’action financé était en cours, suspendu mais à reprendre ou affecté à un autre programme avec l’accord du tiers financeur ;
  • en « produits constatés d’avance » lorsque la réalisation du programme obéit à une périodicité jalonnée dans le temps et dont une partie est amenée à s’écouler sur 2021 ;
  • en « subvention à reverser » lorsque le financeur a, d’un commun accord avec l’association, mis fin au programme, soit parce que celui-ci n’avait pas encore été engagé au moment de l’entrée dans la période de la crise sanitaire ou insuffisamment engagé pour pouvoir être repris ensuite.

Une dernière alternative offerte par la circulaire permet également au tiers financeur de reconsidérer l’objet de la subvention et de le destiner à couvrir des charges que l’association serait dans l’impossibilité d’assumer par faute de recettes patentes.

On voit donc que, hormis le cas de reversement exigé, les solutions retenues ne provoquent pas de chocs de trésorerie immédiats pour l’association. Les décaissements interviendront à doses homéopathiques au moment de la sortie de crise et de la reprise de l’activité et de la réalisation des programmes d’action. Et c’est à ce moment que les enjeux pour l’association reposeront fortement sur une reprise dynamique de l’activité afin de relancer les mécanismes économiques et financiers.

Le cas des activités ne bénéficiant pas de financements publics

Pour ces associations, c’est la dynamique entrepreneuriale qui va orienter la reprise de leurs activités.

En effet, avec la sortie de crise, le retour de la fréquentation des adhérents, et donc de leur clientèle en quelque sorte, sera subordonné à la communication qui accompagnera les réouvertures des centres recevant et accueillant les activités développées par ces associations.

Les nouveautés et les offres imaginées pendant les longues périodes de confinement seront testées à l’occasion de cette reprise d’activité. Tout doit être tenté pour réactiver le lien social et le plaisir doit être à nouveau partagé de se rencontrer, même si les conditions sont encore quelques peu contraintes. Car ne nous y trompons pas, ces associations sont celles qui ont le plus souffert des périodes de fermeture d’activités, ce sont celles qui souffrent le plus de la désaffection de leurs adhérents en ce début d’année. Et ce sont bien souvent celles dont la situation financière était le moins solide au début de la crise.

Les associations bénéficiant de dons et de mécénat d’entreprises

A cette catégorie d’associations, il convient d’ajouter celles qui bénéficient de dons et de mécénat des entreprises, parfois collectés à l’issue d’un long parcours de séduction et de sollicitation développé auprès du public et des philanthropes.

Hormis les financements affectés à la recherche scientifique et à l’aide sociale engendrés par la crise du COVID-19, certaines chaînes de collectes de fonds se sont littéralement effondrées en l’espace de quelques mois.

Réinstaurer les habitudes de générosité de toute une population de donateurs encore plongés dans l’inquiétude sanitaire du lendemain prendra un certain temps pendant lequel les organismes habitués à recevoir des montants annuels significatifs devront s’adapter à une nouvelle dimension financière.

Pour fonctionner, ces associations et fondations mettent en œuvre toute une organisation humaine, sociale et administrative qui est à redimensionner. A la baisse. En attendant, sur le plan financier, elles doivent tendre le dos pour passer sous l’orage tout en respectant l’engagement d’utilisation des dons qu’elles ont reçus à la cause pour lesquels elles les ont collectés.

À découvrir :
Notre ebook : Optimisez la gestion financière de votre association

Observer une attitude de gestion prudente en sortie de crise

Même si la sortie du confinement à laquelle nous assistons depuis ces quelques semaines incite à l’euphorie, et cela se comprend, la gestion des associations en tant qu’opérateurs économiques se doit d’être conduite avec maîtrise et lucidité.

Le contexte environnemental et financier doit faire l’objet de soins attentifs de la part des dirigeants et gestionnaires. Il convient d’élaborer des prévisions suffisamment cohérentes et réalistes tant en charges, qu’en produits ou en investissements, qui seront appréhendées sur une période suffisamment longue. Il ne faut pas hésiter à se projeter sur 12 mois et plus selon les paramètres et caractéristiques d’activité de l’association. Elément indispensable, ce budget d’exploitation doit impérativement être accompagné d’un plan de trésorerie qui permettra de détecter les périodes fortes et les périodes de besoins de trésorerie. Tout document à caractère prévisionnel doit faire l’objet d’une mise à jour et d’une actualisation régulière. C’est indispensable. Ces documents doivent être établis mais également partagés avec les partenaires financiers et les conseils de l’association, expert-comptable, banquier, commissaire-aux-comptes. Mais il convient également de les présenter à l’organe de gestion de l’association (conseil d’administration, commission financière, etc.).

Pour conclure : les informations sur la situation financière de l’association doivent être partagées avec ces interlocuteurs, qu’elle soit rassurante ou préoccupante. Dans ce dernier cas, la solution sera bien plus aisée à trouver collectivement que dans la solitude. Surtout, dans les cas difficiles, l’anticipation permet de réagir et de prendre les bonnes décisions avant qu’il ne soit trop tard.
Auteur(s) :

Philippe Guay

Expert-comptable, Commissaire aux comptes

Philippe est un expert-comptable et commissaire aux comptes qui a accompagné pendant de nombreuses années de multiples associations, fonds et fondations.

Contactez notre expert

Voir d'autres articles

Partagez cet article
Vous aimerez aussi...

newsletter Newsletter

Recevez nos actualités et des invitations à nos événements

*

Les données collectées serviront uniquement pour vous envoyer les lettres d’information. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chaque envoi. En savoir plus dans notre politique de confidentialité.

Contact rapide
close slider

    Contact rapide

    * champs obligatoires


    Les données collectées marquées d’un * sont obligatoires et serviront uniquement pour répondre à votre demande. En savoir plus dans notre politique de confidentialité .